Archives
Statistiques Lamastre.net
16 visiteurs actuellement sur le site pour un total de 905 aujourd'hui

La conférence d’Olivier Abel programmée ce soir s’intitule : «Lire Calvin au temps de Charles Seignobos »

statueC Seignobos historien

On ne va pas présenter Calvin, c’est le sujet de ce soir et nous bénéficierons d’un conférencier de qualité, mais une petite présentation des  Seignobos s’impose car en fait nous avons le choix …

Le premier en chronologie : Charles André Seignobos ,

Né au Grioule sur la commune d’Empurany ( 1822-1892 ; Maire de Lamastre pendant quelques semaines en septembre octobre 1870. Seignobos sera élu député de l’Ardèche en 1876 et réélu en 1877 .Il a été un des 363 députés qui instaurèrent la troisième république fondatrice de la laicité par une voix de majorité. Surtout pour il sera pendant 44 ans de 1849 à sa mort conseiller général élu de Lamastre « le canton lui doit sa prospérité »(extrait du discours d’Aristide Chalamet  sénateur et Président du Conseil Général)  .

C’est sa statue qui est sur la place.

Le deuxième « Charles » Seignobos ( 1854 -1942), (de ses vrais prénoms Michel Jean Charles)

               Né en 1854 à Lamastre, il est le fils de Charles-André Seignobos, député-. Après de brillantes études (École Normale Supérieure, premier à l’agrégation d’histoire), il va étudier pendant deux ans en Allemagne (Göttingen, Berlin, Munich, Leipzig). Maître de conférence à l’université de Dijon, il soutient sa thèse de Doctorat en 1881, puis est nommé à la Sorbonne. Il succèdera à son père à la mairie de Lamastre. Il meurt en avril 1942, après avoir été placé en résidence surveillée à Ploubazlanec, en Bretagne.

Il est un des animateurs de l’histoire « méthodique », qui repose sur la lecture critique des sources manuscrites. Cette vision de l’histoire est également celle de Gabriel Monod qui dans le « Manifeste » de la Revue Historique (1876) revendiquait rigueur scientifique et idéal de neutralité laïque, s’opposant à la Revue des Questions historiques d’inspiration catholique et royaliste proche de l’école des Chartes. Dans son Introduction aux études historiques (1898), Seignobos définit les quatre opérations successives que tout historien professionnel doit suivre : collecte des documents (heuristique),  critique externe destinée à produire une fiche signalétique du document, critique interne (herméneutique) qui vise à élucider la pensée de l’auteur et apprécier l’écart entre ce qu’il dit et ce que l’on sait déjà, enfin synthèse partielle et provisoire cherchant à replacer le document dans un contexte plus général.Il allie rigueur scientifique et neutralité laique.

     Il fera don de son parc à la Commune à son décès.

 

Le troisième Raymond Seignobos , fils de Charles André a été Maire de Lamastre, c’est pendant son mandat que la statue « Seignobos » a été érigée à l’aide d’une souscription publique, il a été aussi Maire de Desaignes.

R Bouit.

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

visiteur(s) en ligne