Archives
Statistiques Lamastre.net
11 visiteurs actuellement sur le site pour un total de 364 aujourd'hui

Du « nouveau près de chez moi , et près de chez vous »:

Le  1° Mars s’est ouvert un nouveau cabinet de soins infirmiers.

cabinet  inf censuré

C’est parfait à plusieurs titres :

-pour les usagers qui pourrons apprécier  un élargissement de l’offre de soins infirmiers  déjà confortable.

– pour notre patelin en général qui est donc attractif , si une des associées Martine  est Lamastroise pur jus elle a su motiver un de son collègue Jean Michel  pour venir créer leur  cabinet , tous deux quittent un poste aux Hospices Civils de Lyon et font le grand saut du statut hospitalier vers le libéral de campagne .Bienvenue chez nous.

Je ne résiste pas à un petit historique de notre évolution locale pour en faire éventuellement une extrapolation plus générale.

Ma mémoire remonte à 1981 date de mon installation en tant que médecin généraliste équipé  d’un CES de médecine du sport et d’une Capacité de Pédiatrie , j’étais jeune , j’avais 27 ans .

L’emploi était correct à Lamastre avec Bacou 150 employés , Trigano 80  employés , Seguy une trentaine , la SEFAC  et j’en oublie surement quelques uns dans les emplois  industriels productifs , l’Hôpital avec ses 150 lits représentait 80 emplois , nous étions 6 médecins et 2 infirmières libérales .

29 ans plus tard le paysage local a changé, le national aussi, la spirale de la tornade mondialisation est passé et tourne encore.

La démographie s’est maintenue grâce à une rurbanisation entretenue par un retour et un apport de retraités et d’inactifs, on attend avec impatience les résultats du recensement en cours.

Le maintien à domicile et la bonne santé des citoyens  sont des objectifs  prioritaires, notre situation locale s’est globalement maintenue et même améliorée sur certains points  : humanisation notable de notre Hôpital , hélistation pour les évacuations urgentes , service de soins infirmiers  à domicile, service d’aide ménagère , portage des repas , CMU et tout et tout.

Les actifs eux ont subi de plein fouet la disparition des emplois industriels par relocalisation et délocalisation tous azimuts Bacou et la SEFAC ont disparus, Trigano a réduit la voilure et  Seguy s’est déplacé et le plus gros employeur local est devenu l’Hôpital en grossissant à 130 employés … Ce qui a permis à Mr Wauquiez de s’en féliciter lors de son passage à Lamastre, tout emploi étant un emploi et l’activité étant  meilleure que le chômage, c’était le secrétaire à l’emploi qui parlait en public et non pas un économiste libéral en privé.

Les hôpitaux sont devenus très souvent le plus gros employeur de la commune, statutairement le président du conseil d’administration est le maire de la commune et partout le couple formé par le  Maire/Président  et le Directeur se doit de fonctionner ; ce fonctionnement devant  être gagnant-gagnant  ou donnant-donnant  entre l’homme de terrain à l’écoute de ses administrés électeurs potentiels et le fonctionnaire directeur du plus gros gisement  d’emploi  potentiel. Mais  ce couple obligé est source de problèmes lors des restructurations voulues par les tutelles hospitalières et combattues par les élus constamment en recherche de maintien d’emplois .Cette dualité va être mise à mal par la nouvelle loi hospitalière , dite loi HSPT ou loi Bachelot ,qui va carrément supprimer les conseils d’administrations et les remplacer par un conseil de surveillance où les élus seront minoritaires (1/3)  ( http://www.vie-publique.fr/actualite/dossier/plan-hopital-2009/reforme-hopital-modernisation-rationalisation-ou-simple-recherche-economies.html )

logo_viepubliclogo_republiquefrancaise

( http://economie-liger.over-blog.com/article-34880081.html ).

Avec pour arguments principaux la disparition d’une structure qui souvent fonctionne comme une chambre d’enregistrement « théodule »mais qui lorsqu’elle s’oppose à une décision tutélaire bloque le rouage administratif , alors on supprime cette  interface démocratique et tout devient  plus simple . Le seul maitre à bord devenant  alors  le directeur  d’établissement qui sera par définition entièrement aux ordres et dépendant de sa tutelle administrative l’Agence Régionale de la Santé basée à la région (Lyon pour nous), les directions départementales allant rapidement disparaitre. Et c’est là où je voulais en venir  après les délocalisations industrielles libérales qui ont laminé notre paysage industriel   nous allons tout droit vers  les relocalisations et restructurations administratives et hospitalières dont feront bien sûr les frais nos petits établissements de proximité. Nous risquerons alors de perdre nos lits actifs de médecine et réadaptation pour se les faire transformer en lits de maison de retraite, et là ce ne sera plus du « nouveau près de chez vous » mais de « l’ancien près de chez vous ».

Pour ma part j’ai aussi  évolué en 30 ans  , je me suis formé en Gériatrie pour accompagner la transformation de l’activité sur notre communauté de vie, de la médecine du sport en gériatrie c’est l’avenir !, mais je pense qu’il faut être vigilant et peut être profiter des élections régionales pour questionner les candidats sur leur visions et leurs objectifs sanitaires pour nos bassins de vie .  Alors à vos marques, prêts  et questionnez………

RB

4 réponses à to “Du « nouveau près de chez moi , et près de chez vous »”

  • P.ROUCHOSSE dit :

    Analyse interessante Raymond.Peux-tu nous éclairer sur le financement de ces structures hospitaliéres:dépendent-elles uniquement de l’état?auquel-cas il ne paraitrait pas anormal qu’il en décide du fonctionnement, ou les communes, départements et régions participent-ils aux dépenses? Les élus de ces strustures doivent dans ce cas avoir leurs mots à dire. Merci pour ces éclaircissements.

  • Raymond dit :

    Le financement est multiple car les hôpitaux ont plusieurs activités , je ne parlerai que des établissements publics (type hôpital lamastre ou centre hospitalier Valence), en faisant abstraction des établissements privés lucratifs (type clinique Privée Pasteur ) et des établissements privés participant au service public (type hôpital de St Agrève propriété du diocèse catho) qui sont des structures intermédiaires appartenant à des privés « non lucratives » parfois d’origine confessionnelles.

    -Pour la partie soins : médecine, chirurgie , obstétrique , soins de suite et réadaptation ( pour lamastre 12 lits médecine 27 SSR) le financement dépend des Tutelles nationales par l’intermédiaire des CPAM locales ,de l’Agence Régionale de Santé et des mutuelles du patient.

    -La partie hébergement personnes Agées dépendantes EHPAD ( 112 lits pour Lamastre) qui a une vocation de soins et d’hébergement dépend encore d’un financement multiple : Etat , Région , Département et usagers, je dis « encore »car le département risque de perdre son arbitrage avec le regroupement probable de certains petits départements et la disparition programmée des DDASS (Direction Départementale de la Santé).Dans ces EHPAD le soin est financé par les CPAM , la dépendance par le département, l’hôtellerie par le pensionnaire « usager », (sauf pour les non solvables pour lesquels la solidarité départementale intervient) et la région peut subventionner une partie des travaux de bâtiments .

    Effectivement la commune au sens tutélaire et financier de l’implication n’intervient pas budgétairement. Le rôle historique du maire est un héritage de l’ancien régime , sous la royauté les hospices étaient religieux et dépendaient du curé ou du chanoine , la Révolution française à remplacé la paroisse par la commune donc le curé par le maire.

    Donc pour répondre à ta question le maire est doté d’un pouvoir sans avoir besoin de payer.
    C’est pour cela que Mme Bachelot et Mr Sarkozy vont faire le ménage ….

  • Philippe BOSC dit :

    Bonsoir,

    Tout d’abord, félicitations à toi Raymond, pour avoir lancé ce site d’information, d’expression libre et raisonnée.

    Je crois comprendre que vous souhaitez connaître l’avis des candidats aux Elections Régionales sur un sujet aussi sensible que celui du devenir des Hôpitaux en ZONE RURALE qui est aussi celui des services publics en général.

    Cela tombe bien, il se trouve que je suis candidat sur la liste RHONE-ALPES DEMOCRATES.

    L’occasion m’étant offerte, je me permets donc d’exposer sur ce forum, le projet soutenu par le MOUVEMENT DEMOCRATE, à ce sujet.

    Les pouvoirs des Directeurs d’Etablissements Hospitaliers ont été assez fortement accrus ces dernières années, notamment en matière budgétaire; il n’en demeure pas moins que le président du conseil d’administration de ces établissements reste le maire de la commune de résidence, présidence qui a été menacée de disparition d’ailleurs il y a quelques années.

    Cette dualité un peu bizarre à la tête de la direction de ces structures va de pair avec une multiplicité des modes de financement et des bailleurs de fonds, comme cela a très bien été exposé.

    Il est tout à fait exact que les communes ne contribuent absolument pas au financement des hôpitaux publics locaux et c’est donc une espèce de bizarrerie « politico-administrative » qui a permis leur maintien à la tête de ces conseils d’administration.

    Pour autant, leur disparition laisserait un peu plus le champ libre à un gestion strictement comptable qui pourrait conduire, à moyen terme, à la disparition ou au déplacement de ces structures locales dans les grands centres urbains.

    LE PROJET du MOUVEMENT DEMOCRATE est le suivant :

    – Tout d’abord, il refuse strictement la marchandisation des services de santé, telle qu’elle est pratiquée actuellement.
    – Aucune réforme ne pourra se faire sans les médecins et les professionnels de santé.
    – La région doit défendre les services et équipements et les créer là où il n’y en pas.
    – Les hôpitaux publics font partie des services indispensables au quotidien. Leur implantation doit respecter un maillage du territoire qui permette à chacun d’y accéder dans un laps de temps qui tienne compte des contraintes géographiques en milieu rural.
    – Le choix du directeur de chaque agence régionale de santé sera approuvé par la région.
    – La place des représentants des collectivités locales et des partenaires sociaux dans le conseil de surveillance des agences régionales de santé doit être augmentée.
    – Le directeur de l’hôpital doit être recruté par le conseil de surveillance de l’hôpital et les médecins du pôle élus au sein de leur pôle.
    – Afin de garantir un accès médical sur tout le territoire, le MOUVEMENT DEMOCRATE propose que la région finance des bourses d’études aux étudiants qui s’engage à exercer au moins 10 ans dans les territoires mal desservis.
    – Le MOUVEMENT DEMOCRATE propose la mise en place de maisons de santé nouvelles regroupant des professionnels de spécialités différentes en lien avec un centre hospitalier de référence.

    Le MOUVEMENT DEMOCRATE veut sécuriser l’avenir du système de santé et en règle générale défend le maintien des services publics indispensables au quotidien dans les zones rurales. Les services publics contribuent au « lissage » des inégalités entre ruraux et urbains, entre aisés et démunis.

    Par exemple, nous sommes favorables au maintien du statut public de LA POSTE et de la SNCF car dans un pays vaste comme la France, avec de nombreux territoires ruraux, la distribution du courrier ou les grandes infrastructures de transport en commun ne peuvent impunément et sans risques être confiées à des opérateurs privés.

    Le coût des services publics doit être maîtrisé, reste pour cela à concevoir et à appliquer d’autres méthodes que celles des entreprises privées , à chercher un autre modèle de référence que celui du marché.

    Etonnant, surprenant non ?

    A méditer…..

    Philippe

  • crespincoco dit :

    j’aimerais faire juste un petit commentaire sur l’évolution du service de réeducation /réadaptation de l’hôpital ,histoire de faire un peu comme mes prédécesseurs…je suis arrivée en tant qu’ergothérapeute (?) à l’hôpital en 1985 c’est à dire hier!!(et oui peu de temps après vous mon cher Raymond : je vous ai laissé vous installer tranquille!)et comme Jean Michel je venais de la ville…aucune apparentée dans ce petit coin d’Ardèche…en 2010 je suis toujours là! je m’étais donné 5 ans. a l’époque j’étais la 1ere ergo en poste en hôpital local en Ardèche..bref …petit à petit l’oiseau a fait son nid… Puis est arrivée il y a 3 ou 4 ans (pardon Cécile ,ma mémoire me fait défaut mais heureusement…)Cécile notre psychomotricienne (?) ; Cécile !(souvenez vous la catherinette!!!) , enfant du pays qui a fait ses études à Paris et qui est revenue travailler dans son village natal après avoir vécu les folles journées parisiennes…et je ne vous parle pas (mais si! mais si!) de Marlène (la 2 eme ergothérapeute!!)qui elle, a fait ses études en Belgique et s’est empressée de prendre le poste à pourvoir …vous voyez , il n’y a pas que des départs!!! on peut ajouter au plateau technique notre psychologue Stéphanie , notre assistante sociale Christine et notre diététicienne Emilie… Que d’évolution en 25 ans !l’installation de nouvelles personnes à Lamastre est toujours un vrai bonheur (n’est ca pas Raymond ?);bienvenue à cette nouvelle équipe!!!si vous voyez de la lumière dans le service de réeducation/réadaptation , n’hésitez pas a vous arrêter ! c’est avec plaisir que nous ferons connaissance …

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

visiteur(s) en ligne