Archives
Statistiques Lamastre.net
8 visiteurs actuellement sur le site pour un total de 210 aujourd'hui

Compte-rendu Apéro Jaseur du jeudi 24 janvier 2013 au bistrot « Marie-Café » (Saint-Basile)

Concerné par les problématiques liées à la ruralité, l’IPAMAC (réseau des Parcs naturels régionaux du Massif Central) a commandé une étude qui a pour objectif d’explorer les conditions de maintien du bistrot, souvent dernier commerce du village.

Concerné par les problématiques liées à la ruralité, l’IPAMAC (réseau des Parcs naturels régionaux du Massif Central) a commandé une étude qui a pour objectif d’explorer les conditions de maintien du bistrot, souvent dernier commerce du village.

Quatre acteurs ont répondu conjointement à cet appel d’offre : la Compagnie d’Aménagement des Coteaux de Gascogne (CACG), associée à l’Université Blaise Pascal (UBP) de Clermont-Ferrand, au CERAMAC et à Pierrick Bourgault, photographe indépendant.

Du 21 au 25 janvier 2013, quatre étudiantes de l’UBP ont étudié le bistrot « Marie-Café », tenu par Marie-Hélène Bruyère, afin d’observer l’établissement dans son environnement, d’en saisir le fonctionnement, les atouts, les difficultés et les opportunités.

Une soirée d’échanges a été organisée le jeudi 24 janvier pour discuter autour de l’avenir des bistrots en milieu rural. Clients, amis, acteurs locaux… tous ont été conviés à donner leurs avis.

Parmi les acteurs, étaient présents :

–          Monsieur Rostaind, maire de Saint-Basile ;

–          Madame Maryse London, conseillère en séjour à l’Office de Tourisme du Pays de Lamastre ;

–          Madame Marie-Chantal de Lehelle d’Affroux, vice-présidente Parc Naturel Régional des Monts d’Ardèche ;

–          Monsieur Jean-Philippe Simonnet, chargé de mission au développement économique du Parc Naturel Régional des Monts d’Ardèche ;

–          Madame Nathalie Salinas, chargée de mission à la gestion de l’espace du Parc Régional Naturel des Monts d’Ardèche ;

–          Madame Julia Steiner, chargée de mission à l’IPAMAC.

Pendant 1h30, la trentaine de participants a pu échanger autour de diverses questions tirées au sort.

La soirée a débuté sur avec la question du rôle que tiennent les bistrots dans les campagnes. A l’unanimité, les personnes présentes ont insisté sur l’aspect convivial de ce type d’établissement même si les lois (alcool, tabac, normes d’hygiène) et la désertification des campagnes freinent progressivement sa fréquentation.

La deuxième question portait sur l’avenir des bistrots dans les communes rurales. Selon les participants, ces lieux de convivialité doivent perdurer. Cependant, le maintien dépend de la volonté de chacun, tant des élus que des habitants.

A suivi l’interrogation sur la place des animations culturelles dans un bistrot. Les réponses données ont mis en avant l’aspect fédérateur. Les animations attirent des personnes dans un débit de boissons alors qu’elles ne le fréquentent pas en temps normal.

Le débat a continué sur la formation des bistrotiers. Celle qui est actuellement proposée est insuffisante et inadaptée aux réalités du terrain. Une formation plus complète serait à envisager.

La question sur la légitimité du bistrotier en tant que nouvel arrivant dans la région a également été posée. Les participants ont admis qu’il est plus facile d’être originaire du territoire pour s’intégrer. Dans le cas contraire, habitants et bistrotier doivent s’apprivoiser : il s’agit d’un travail de longue haleine.

La soirée s’est achevée sur la question de la modernisation ou non d’un bistrot. Ce concept n’est pas un atout indispensable pour assurer le succès d’un établissement. Le bistrotier doit avant tout savoir s’adapter aux besoins et aux réalités sociales.

Les échanges ont été riches et cordiaux. Des improvisations musicales ont suivi ce débat. »

Nous vous remercions pour l’intérêt que vous portez à notre projet.

Bien cordialement,

Mlle Dénissa Baudouin,  Mlle Ysaline Beaudron,  Mlle Marie Chassagne,  Mlle Floriane Rousselin

Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand

 

En plus de toutes les personnes nommées dans le rendu officiel de la réunion j’étais aussi discrètement présent dans la nombreuse assemblée histoire de voir et comprendre , et je n’ai pas été déçu …je vous offre le bonus,en compte-rendu du « Off » , comme si vous y étiez.

 

« Marie Café fait Apéro jaser » , c’est dans le cadre d’un projet de revalorisation des bistrots porté par l’inter Parc du Massif Central et réalisé sur le terrain par l’ équipe d’étudiantes de Clermont  Ferrand que nous nous sommes donc retrouvés à un « Apéro Jaseur » au bistrot de Marie Hélène Bruyère à  Lapras Saint Basile pour une soirée à plusieurs séquences .

La réunion a commencé sérieusement par un échange entre les participants de tous bords: des néo ruraux venus chercher en Ardèche un bonheur dans le pré, des Dupré  locaux habités du bistrot du coin, des habitants du cru avec le maire et des élus communaux « propriétaires » des murs.

Tout ce monde était d’accord pour dire que le lien social passait souvent par le bistrot, son comptoir ou l’on conte et  raconte, sa salle ou l’on taille des bavettes et parfois des costards et que ce lieu de vie était indispensable et à sauvegarder. La labellisation en « Bistrot de Pays »  a plus prêté à discussion certains y voyaient une garantie de qualité et de respect du client et de la traçabilité locale ;  d’autres plus incisifs avaient peur d’une uniformisation et de la négation des diversités. Le maire M. Rostaind a dit sa satisfaction  de voir fonctionner le bistrot, et Marie Hélène Bruyère patronne de Marie Café  a conforté les tenants de label en expliquant que la charte qu’elle avait signée était en fait la mise en avant de son engagement à servir des produits locaux traçables, à animer le lieu par des manifestations diverses : réunions d’assoc,  expo d’artistes et soirée musicales et que tout cela correspondait à son projet.

Les étudiantes ont orienté quelques questions puis tout le monde en est « venu aux mains » , mais  venus aux mains de diverses façons.

La première a consisté  à casser une petite croute et à boire un petit coup, ritualisation habituelle et indispensable au bon déroulement d’un rassemblement de bistrot , puis les choses sérieuses se sont précisées avec la sortie d’ instruments de musique pour transformer la réunion politico économico sociale en super soirée conviviale de chant et de musique .

Les fans de guitare ont été gâtés avec les Durr, René et Robert,  venus de Rochepaule  louer l’accueil du bistrot de Marie Hélène et chanter du Boris Vian,

les Tamain, Isabelle et Gilles de st Julien Labrousse amoureux inconditionnels de Brassens,

la patronne du bistrot qui avait lâché son piano de cuisine pour accrocher son piano à bretelle,

un saxo jazz manouche et j’ai  même entendu une cornemuse.

Tout ça en une  seule soirée qui a super bien fonctionné et donné que  bonheur et satisfaction à tous les participants.

Réussite totale de la convivialité et de la joie de vivre. du vivre ensemble.

Une belle conclusion de l’étude  pour le Bistrot de Pays de Lapras et de « Marie Café ».  

« la quintessence de l’esprit bistrot ».

R B

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

visiteur(s) en ligne