Archives
Statistiques Lamastre.net
10 visiteurs actuellement sur le site pour un total de 622 aujourd'hui

office tourisme lamastreoffice tourisme desaignes

 

Le long parcours de la Création d’un Office de tourisme intercommunal: De l’associatif à un Établissement Industriel et Commercial

 

1ere étape.

Fin décembre 2012, Isabelle Trouilleton et Alain d’Angelo, (respectivement présidents des Offices de Tourisme de Lamastre et Désaignes), présentaient  aux membres des conseils d’administration et aux professionnels du tourisme les statuts (fruit de près de deux années de réflexion au sein d’un groupe de travail aux effectifs fluctuants) en vue de la création d’un Office de Tourisme Intercommunal).

Les statuts précisent que l’OTI est créé par les deux associations existantes qui conservent leurs structures et statuts pour assurer par délégation les missions déjà assurées par les deux OT, à savoir accueillir, promouvoir, informer, mais aussi,  coordonner et enrichir l’offre touristique.

A ce titre, le futur OTI, dont le conseil d’administration comprenant 8 membres de chacun des offices existants plus 1 élu de chacune des communes adhérentes à la communauté de communes, devenant  l’interface entre la commission tourisme de la communauté de communes (chargée de définir la politique touristique du territoire) et les deux offices existants.

 

Deuxième étape

Ça coince sur le nombre d’élus

 

Si le projet semble faire dans un premier temps l’unanimité, il s’avère que le nombre d’élus au sein du futur Conseil d’administration de la prochaine structure OTI  passe mal à Désaignes, le président de l’OT Désaignois  propose la réduction de leur nombre, précisant que :  » dans  les règles de fonctionnement des associations seuls le C.A. ou l’assemblée générale possèdent  le pouvoir décisionnel sur la présence et les statuts des élus en son sein ». Il y a 11 élus de prévus avec voix délibératives, la Batie d’Andaure canton de St Agrève a intégré la com com par vote en 2011,et La Farre canton de St Félicien faisait partie du SIVOM depuis longtemps.

La réduction du nombre d’élus est rejetée par la communauté de commune. Les élus de la comcom, et en particulier son président J P Vallon, commencent à parler sérieusement de sortir de la forme associative par la création d’un EPIC (Établissement Industriel et Commercial) sous forme d’OTI administré par un directeur.

Solidaire de son président  A d’Angelo , l’OT de Désaignes vote contre le projet présenté en l’état et l’évolution vers la création d’un EPIC en particulier. Alain d’Angelo précisant dans un communiqué de presse que:  » le choix de ce type de structure écarte par définition toute action décisionnelle des bénévoles. Les confiner à des taches d’exécution, ne peut que provoquer leur départ, la réussite d’actions menées témoigne de la capacité et de l’efficacité d’un bénévolat motivé ».

 

Troisième étape : Ce sera un OTI

 

Comme l’avait précisé début 2013, Jean Paul Vallon interrogé sur l’avancement du projet OTI lors de l’AG de l’Office de Lamastre,  il importait, pour obtenir les  financements accordés aux structures qui savent se regrouper et travailler ensemble, que l’OTI voit le jour, le maire de Lamastre ajoutant : « que la communauté de communes devait reprendre la main sur ce dossier, au final les élus décideront ».

Début juin, les 24 élus communautaires se prononçaient à la majorité moins deux voix (deux des trois délégués de Désaignes) pour la création d’un EPIC, dont les statuts régissant sa mise en place à compter du 1er Janvier 2014 étaient mis au vote début novembre.

Un paragraphe de l’article 2 : « la structure peut être chargée par le conseil communautaire (entre autres missions) de l’organisation de fêtes et de manifestations culturelles et sportives », soulevait  les critiques du maire de Désaignes, craignant que l’organisation des manifestations d’importance Désaignoises, telles le trail ou la fête médiévale, dépendent désormais de l’aval de l’OTI et de son futur directeur salarié. Cette nouvelle organisation, un nouveau contexte rappelait Marc Bard, risquant de démobiliser les bénévoles. L’article a donc été modifié en : « organisation des fêtes communautaires » les statuts étaient alors votés,  deux des  trois délégués Désaignois votant  contre, le Maire de Désaignes s’abstenant.

 

Quatrième étape.

Fin de l’associatif

 Remplaçant à terme les deux associations existantes, « L’office de tourisme de la communauté de communes du pays de Lamastre » dont le siège sera dans les locaux de ladite communauté de communes, prendra en charge les missions d’accueil d’information et de promotion touristique  du territoire communautaire, et sera chargé par le conseil communautaire de tout ou partie de l’élaboration   de la politique locale du tourisme.

L’EPIC sera administré par un comité de direction de 18 membres, où les élus seront majoritaires (présidence pour le président de la ComCom assisté de 11 élus et de 6 autres membres (3 pour Lamastre, 3 pour Désaignes) représentant les professions intéressées par le tourisme. L’OTI est dirigé par un directeur avec voix consultative.

Le Directeur  est choisi et nommé par le président, il assure le fonctionnement et la direction du service de l’EPIC sous l’autorité et le contrôle du président, et entre autres missions recrute et licencie le personnel nécessaire dans la limite des inscriptions budgétaires avec l’agrément préalable du président.

En ce qui concerne le profil du poste, il sera défini en comité directeur, toutefois, l’homme ou la femme recruté devra selon les informations délivrées par le président de la Communauté de Communes, justifier d’au moins trois années d’expérience de direction, de compétences en animation, maitriser les nouvelles technologies, être trilingue  pour un poste à temps complet sur la base de 35h. Coût estimé du poste 50 000 € an).

Dans l’immédiat, la mise en place de l’OTI et l’embauche de son directeur ne pouvant être effective que courant 2014,  les deux associations existantes resteront  en place pour la période transitoire de mise en place …jusqu’à leur dissolution.

 

Comme on le comprend aisément cette création de l’office de tourisme de la Vallée du Doux, comme il aurait pu se nommer, reflète tout à fait les luttes d’influences historiques entre Désaignes  et Lamastre. Désaignes  depuis le Moyen Age  a vu décliner son influence au fil des siècles par rapport à sa petite voisine Lamastre qui elle s’est développée grâce à son emplacement plus central au confluent des 4 rivières et son important lieu d’ échange que constituait le marché. Il y a toujours eu entre Lamastre, amalgame improbable de 3 entités  Château de Retourtour, Savel et  Prieuré de  Macheville, et Désaignes,  grande commune, une belle rivalité. Cette rivalité  et les craintes qu’elles génèrent ont probablement nui à l’apaisement nécessaire à tout rapprochement, à tout vouloir compter et discuter   lors du projet initial fusionnant les deux offices Désaignes à beaucoup perdu lorsque les élus qui votent le financement ont repris la main.

 

Au 21 ième siècle il faut bien sûr dépasser cet aspect historique sans toutefois le méconnaitre. La dynamique Désaignoise, avec le soutien effectif de la mairie de Désaignes aux superbes manifestations associatives que sont le Trail, la Médiévale, la Foire d’automne, Musique aux Sources et les concerts de l’Association Culturelle  font des merveilles d’animation et c’est cet aspect ludique, amical et créatif porté par de nombreux bénévoles que Mr D’angelo a peur de voir casser  par les nouveaux statuts. Lamastre n’a pas le même fonctionnement, elle a perdu son Festival de musique associatif Lamastre en Scène par manque de soutien municipal, la Ballastine  en semi-marathon n’existe plus, les manifestations restantes sont portées par la municipalité : fête du 14 juillet, triathlon du 15 aout, la brocante est à mettre à l’actif de l’OT de Lamastre, les autres manifestations culturelles tel Vochora ou le Théâtre sont des délocalisations de spectacles départementaux subventionnés.

 

Le challenge du futur directeur sera de permettre aux esprits créatifs de  continuer à  s’exprimer et d’en susciter de nouveaux.

 

L’aspect financier va évoluer puisque le financement sera communautaire et donc réparti sur tous les contribuables de la comcom  élargie, mais le coût de fonctionnement risque probablement d’augmenter avec la rémunération du directeur qualifié et ses nécessaires frais de missions. Quand aux  ressources des cotisations elles vont disparaitre avec la fin de l’aspect associatif.

Les 11 élus du bassin de vie siégeant statutairement au futur  l’EPIC vont en partie changer à l’issue des futures élections municipales du printemps 2014  ce qui va paralyser la mise en place de la structure et la rendre peu opérationnelle pour la saison d’été 2014.

C’est cette transition entre les deux anciens  OT et la nouvelle structure « Industrielle et Commerciale » voulue par les élus  qui va être au cœur de l’enjeu du développement du Tourisme en Vallée du Doux.

Le tourisme constituant  une ressource importante et non délocalisable de notre bassin de vie.

En aparté  on espère que les élus  qui siégeront majoritairement à l’EPIC auront une expérience, un vécu, et un idéal conceptuel forts du tourisme.

Un EPIC à la naissance épique.

 

R B et M  à partir d’informations judicieuses.

3 réponses à to “Le long parcours de la Création d’un Office de tourisme intercommunal: De l’associatif à un Établissement Industriel et Commercial.”

  • Jacques Deloche dit :

    Aphorisme universel : si vous mélangez une bouteille de 1er Grand Cru et une bouteille de vin de table, vous aurez beau écrire 1er grand Cru sur l’étiquette, vous n’aurez qu’un magnum de vin de table …
    Dommage pour Désaignes …..

  • Beatrice Wacheux dit :

    Lamastre, le 09 janvier 2014

    Monsieur Deloche,
    Je me nomme Béatrice Wacheux et je travaille depuis 4 ans à l’Office de tourisme de Lamastre.

    Depuis mon arrivée, je m’efforce à ne pas prêter l’oreille à toutes les polémiques concernant les offices de tourisme, et à faire tout simplement ce pour quoi je suis payée, mon travail. Et je le fais avec mon cœur, parce que je l’aime, ce travail.

    J’accueille, avec ma collègue bien sûr, de nombreux visiteurs, français et étrangers, Lamastrois ou non ; plus de 12000 par an, avec des pointes en période estivale à plus de 200 visiteurs par jour.

    Je participe, avec ma collègue, à l’organisation de nombreuses manifestations, telles que la Ballastine, les pots d’accueil, la brocante, la journée des jeux et métiers anciens, le marché et le spectacle de Noël, et j’en passe, aidée dans ces missions par de nombreux bénévoles.

    Je n’ai pas la prétention de dire, ni même de penser, que mon travail est parfait. Loin de là… Pour l’améliorer, je vais en formations régulièrement, je parcours le département pour suivre des stages divers et variés… Là encore, il n’est pas besoin d’en dresser une liste.

    Mon rôle également est d’être à l’écoute des habitants du Canton de Lamastre. De les assister dans certaines démarches. De mettre à leur disposition une offre d’animations, une information sur le territoire. Et tellement d’autres missions encore.

    Là n’est pas l’endroit pour énumérer le contenu de ma fonction. Et, je le répète, loin de moi l’idée de prétendre faire parfaitement mon travail. Je fais simplement de mon mieux.

    Vous saviez certainement tout cela, Monsieur Deloche, vous qui vous targuez de connaître les missions de l’Office de Tourisme puisque vous portez un jugement public sur la qualité de son travail.

    Dans cette polémique qui vous oppose à je ne sais qui ou quoi (le savez-vous vous-même ?), avez-vous jamais pensé, Monsieur Deloche, aux dommages collatéraux, comme on dit, que vous pourriez engendrer ?

    Avez-vous simplement pensé une seule fois que « derrière » « l’Office de tourisme », il y a des personnes de bonne volonté, bénévoles ou pas, qui œuvrent simplement à l’animation et à la promotion du territoire et qui se fichent de toutes vos guérillas intestines et ancestrales ?

    Je fais partie de ces personnes, Monsieur Deloche.

    A travers les propos que vous avez tenus dernièrement, vous m’avez profondément blessée.

    Aussi, Monsieur Deloche, ne vous étonnez pas, lorsque je vous croiserai comme tous les matins devant nos petits cafés respectifs, avant de commencer nos journées de travail, que je ne vous dise plus bonjour….
    Mais, quelle prétentieuse, me direz-vous ! C’est vrai, j’oubliais, vous n’en avez rien à faire…
    Béatrice Wacheux

  • Jacques Deloche dit :

    Bonjour mesdames de l’Office de Tourisme de Lamastre.

    D’abord je persiste et signe sur ce que j’ai écrit dans mon précédent commentaire.
    Ceci étant dit, j’avoue ne pas comprendre ce procès d’intention. Après un petit sondage autour de moi, il semble évident à tous, sauf à vous, que je m’adresse à la politique menée à Lamastre en général, et à l’OT en particulier, en terme de développement touristique… et pas aux personnes qui y travaillent, qui ne sont pas responsables de cette politique. (A titre de comparaison, ce n’est pas le percepteur qui est responsable de mes impôts).
    Non mesdames, ce n’est pas vous que j’ai comparée à de la piquette….. Non mesdames, je n’ai pas nié ni dénigré votre travail; ma cible était ailleurs et dommage que vous n’ayiez pas compris cela. J’ ajouterai que vous avez beaucoup de mérite à essayer de « vendre » un pays où il n’y a pas grand chose à vendre, en comparaison de voisins qui savent faire preuve d’innovation et d’un peu plus d’originalité …. (là, je pourrais développer, mais pas dans le cadre de cette polémique). Suis-je assez clair ?
    Fin pour moi du malentendu. Je continuerai à vous dire bonjour le matin au café … et si je n’ai pas de réponse, tant pis…. je dois pouvoir vivre sans ….

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

visiteur(s) en ligne