Archives
Statistiques Lamastre.net
6 visiteurs actuellement sur le site pour un total de 747 aujourd'hui

 

 

 

Présentation des candidats Europe Ecologie Les Verts

Canton de Lamastre

sigle

 

Isabelle Lambert, tu es candidate, qu’elle est ton parcours personnel ?

photo dauphiné

Mon parcours individuel et professionnel m’a amenée à vivre dans divers pays d’Europe, exerçant différents métiers (artisan boulangère, gestionnaire de coopérative, ouvrière agricole, enseignante).

J’ai également participé à des campagnes associatives (gestion des déchets, forum des ONG).

En Ardèche, je suis depuis mon arrivée impliquée dans le milieu associatif, comme créatrice ou participante.

Interpellée par la résolution non violente des conflits, j’ai été formée à cette discipline par le C.K.L. danois et j’entretiens mes compétences dans les domaines de la communication non violente.

Je suis profondément attachée à ces valeurs, et par cette candidature, je souhaite travailler à l’émergence d’un projet de société alternatif. Ma volonté est d’être porteuse des aspirations au mieux être des habitants du canton.

Je vois cette candidature comme le fruit d’une réflexion de tous ceux et celles qui, comme moi, désirant laisser à chacun(e) une planète de vie, pas de survie, souhaitent s’impliquer fortement dans une transformation nécessaire, harmonieuse et choisie.

Comment tu te situes dans la vie politique ?

Bien que très impliquée dans la vie des cités où j’ai vécu, je n’ai jamais été encartée politiquement jusqu’à aujourd’hui.

Si je partage certaines valeurs de la gauche : au niveau social, solidarité et liberté, je suis déçue sur sa position face au nucléaire et le manque d’urgente prise en compte du défi environnemental, éthique et relationnel qui se pose à l’humanité.

Je reconnais, comme elle, la profonde déstructuration humaine et économique imposée par le capitalisme néo-libéral.

J’ai besoin de participer à des actions et projets qui aillent dans le sens de la vie et de sa conservation sous toutes ses formes. J’ai besoin de politiques qui aient le courage de mette en œuvre de vraies solutions aux préoccupations citoyennes actuelles.

N’attendons pas l’inévitable prochaine crise qui nous affectera, surtout nous, les «simples» citoyens.

Si tu devais résumer ton engagement pour le canton que dirais-tu ?

Il est nécessaire d’impulser des projets créateurs d’emplois, de solidarité, de préservation de la qualité de vie, tout en gardant vivante la dynamique de notre canton, aux niveaux associatifs, professionnels et humains.

Je vois passer de nombreux porteurs de projets sur notre canton qui ont besoin d’un accueil et d’un soutien accrus.

Je souhaite aussi repenser la dépense publique en termes d’amélioration de qualité de vie pour tous, pas pour faire du « tape à l’œil ».

En résumé, entrons en mouvement, ensemble, par delà nos divergences, pour un canton mais aussi un monde de vie.

Pourquoi t’es tu engagée à Europe Ecologie Les Verts ?

EELV représente à mon sens le mouvement qui ose de réelles actions et projets d’action pour la vie et sa conservation sous toutes ses formes. Le seul qui ait le courage de mettre en œuvre de vraies solutions aux préoccupations citoyennes actuelles.

Ce sont des gens de diverses origines qui essaient, et c’est un chemin magnifique, même s’il est ardu, de se relier à nos objectifs communs, plutôt qu’à nos divergences.

Cela me donne vraiment confiance dans une autre politique possible, une politique au service du citoyen, au lieu d’une politique qui asservit les français.

Europe Ecologie Les Verts (EELV) nous propose une sobriété concertée, choisie, heureuse au lieu de l’avenir incertain, voire catastrophique réservé par les politiques en cours et les prochaines réformes qui amoindriront nos droits à la dignité tout en augmentant le profit d’une minorité.

Dominique Gaillard, tu es candidat remplaçant, peux tu te présenter ?

portraits dom 04 2010 013J’ai 55 ans, je suis marié, père d’une enfant. Je suis assistant social de formation, ancien chef de service et responsable du syndical CGT au Conseil général de l’Ardèche. Aujourd’hui salarié, formateur dans la « protection de l’enfance ». Je suis conseiller municipal de la commune de St Barthélémy-Grozon.

Mes engagements politiques, syndicaux, associatifs m’ont amené à considérer que nous avons, nous -gens « de gauche »-, une responsabilité dans le fait que, depuis 1981, les valeurs sociales, écologiques et humanistes, n’ont cessé de reculer au profit des « valeurs » d’un capitalisme débridé.

Pour moi, il s’agit donc de repenser nos aspirations, notre projet et nos façons d’arriver réellement à nos objectifs. Mon adhésion à Europe Ecologie, il y a un an est le fruit de mes recherches sur un projet politique qui soit désiré, vraiment alternatif, réaliste, possible ici et maintenant.

Vous avez beaucoup parlé de dynamiser l’agriculture et de tourisme, quelle est votre position par rapport aux autres secteurs d’activité ?

Agriculture et industrie ne sont pas à opposer. Elles sont souvent complémentaires : transformation des produits agricoles, développement de la filière bois…, tout cela crée des dynamiques créatrices d’emplois. Par ailleurs nous sommes pour le développement d’activités industrielles non polluantes et ne défigurant pas le paysage.

Dans votre programme vous évoquez la création d’un centre culturel et social, pourquoi ?

Nous voulons créer un lieu convivial, intergénérationnel, ouvert, où il y aurait une présence grâce à une animatrice ou un animateur. Ce manque d’un lieu pour tous est particulièrement ressenti par les jeunes du canton.

Avez-vous prévu des réunions publiques sur le canton ?

Oui, nous en avons prévu 3 :

–          Nozières, le jeudi 24 février, mairie à 20h00.

–          St Barthélémy-Grozon le mardi 1er mars, salle de la mairie à 20h30 en présence de Véronique Rousselle, conseillère régionale.

–          Lamastre le lundi 14 mars, grande salle du centre culturel à 20h00 en présence d’Olivier Keller, conseiller régional.

Isabelle une conclusion ?

Aujourd’hui, nos enfants, nos ados, sont inquiets face à l’avenir. Ils le disent avec des mots, parfois avec des gestes de désespoir. Avons-nous le droit de ne leur offrir que « d’aller dans l’ mur » ou avons-nous le devoir d’essayer avec eux de rendre le futur, leur futur, possible ?

Les Candidats.

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

visiteur(s) en ligne