Archives
Statistiques Lamastre.net
8 visiteurs actuellement sur le site pour un total de 949 aujourd'hui

accroche 1 tour

« Surprise du premier tour ou la versatilité de l’électorat »

Je ne résiste pas à une petite note de rappel  « historique » sur l’aspect parfois ambivalent du vote local lamastrois.

En 1995 pour les municipales la liste Bouit Chosson Therme avait placé au premier tour 11 élus et la liste Poyet Vallon avait placé 3 élus .Bizarrement les deux têtes de liste Bouit et Poyet étaient battues au premier tour. La majorité requise au sein de l’assemblée municipale était de 12 sièges et la liste Bouit n’avait loupé le 12 ° élu que de 4 voix, c’était  J C Selze.

surprise1

Le deuxième tour a été totalement inverse avec 0 élus pour la liste qui en avait placé 11 et 9 élus pour la liste, devenue Vallon avec l’éviction de Poyet, qui se retrouvait ainsi majoritaire …

surprise2

(extrait de  l’hebdo  Terre  Vivaroise de l’époque, auteur M C)

Comme quoi rien n’est joué avant la fin, tout peut basculer à 1 voix près. L’isoloir est parfois un défouloir temporaire et secret qui permet de délivrer un message évolutif et  changeant sur deux tours.  

La suite de ces municipales on la connait J P Vallon élu maire, qui phagocyte au sein de la liste « adverse » des compétences qui lui faisait défaut dans la sienne.Les élus de  la  liste  « minoritaire » se devaient de participer à la gestion de la commune mais en se représentant sans sourciller au deuxième puis au troisième mandat ils y ont perdu définitivement  leur âme d’origine et  tout sens  critique. J P Vallon enchaine ensuite rapidement le conseil général puis la communauté de communes pour cumuler ainsi sans opposition locale donc sans éclairage extérieur tous les pouvoirs locaux.

Ce  cumul des  mandats est  classique dans  nos  institutions, mais à Lamastre  l’absence  d’opposition  institutionnelle municipale  susceptible de  porter  le  débat démocratique  et  ainsi  éclairer  le  décideur  constitue le  point critique ,  monsieur  J P V ayant  fait son  casting de  colistiers municipaux ultérieurs dans  ce  sens.

 C’est  ce message qu’ont  voulu  dire les  électeurs au  premier  tour ,  sauront-ils  concrétiser au deuxième tour  cette  diversité pluraliste à laquelle tout citoyen est en droit d’espérer ? ou seront-ils  versatiles en  rentrant dans  le rang comme  en  95 ?

Pour parler plus simple : doit-on ou  ne doit-on pas mettre tous les oeufs dans le même panier ?

« Tout ça pour dire que rien n’est perdu ni rien n’est gagné avant la finale, et ceci pour les deux camps bien sûr »

Raymond Bouit

2 réponses à to “« Surprise de premier tour »”

  • Max_D. dit :

    Il me semble qu’aux municipales de 1981 le scénario avait été à peu près le même.
    Mais là il s’agit de cantonales, et les habitants des communes limitrophes savent bien que le bilan du sortant est nul, négatif même. Les boutiques, les entreprises ferment les unes après les autres sans qu’aucune initiative de relance ne puisse se manifester faute de relais politique. Au contraire.
    Le rôle d’un élu au conseil général est celui d’un facilitateur, d’un animateur des énergies, pas d’un sectateur transparent.
    D’ailleurs on attend toujours un compte-rendu-bilan du sortant, contradictoire bien évidemment. Peur des « oligarques »?

  • duangrev dit :

    C’est bon Raymond, en publiant cet article, tu prouves que tu as fait ton deuil de 1995. Tu es mûr pour les prochaines élections.
    Emmanuelle Bucaille

visiteur(s) en ligne